Dernières News

Le Conseil de l’Europe

La Haute Autorité de santé (HAS)

Une douleur inhabituelle

C?est la première fois qu?un membre du gouvernement

Aujourd?hui on compte quelque 320 psychiatres au Maroc

Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Une convention a été signée

Le Roi Mohammed VI a procédé à l?inauguration

Le gouvernement français a recommandé

Selon les estimations du rapport Onusida








 

 

[ Liste des articles du n° 39 ]


Hygiène du diabète

La thérapeutique du diabète connaît aujourd?hui des développements très prometteurs grâce aux nouveaux moyens de traitement et de surveillance de la maladie. L?information et la formation du diabétique pour une prise en charge adaptée du diabète ont constitué de puis la fin du dernier siècle un des meilleurs acquis de la Diabétologie. À côté des moyens thérapeutiques il y a lieu d?accorder une place privilégiée aux mesures hygiéniques.

L?Hygiène, la planification alimentaire, l?activité sportive, la lutte contre le surpoids et contre les facteurs de risque ainsi que l?auto surveillance représentent des interventions irremplaçables à toutes les étapes de la prise en charge du diabète.

1. L?hygiène corporelle
Le diabétique du fait des complications chroniques (neuropathie, artériopathie) a une peau fragile et qui a perdu beaucoup de sa sensibilité. De plus, elle est plus susceptible aux effractions et aux blessures. La moindre petite plaie peut avoir des conséquences gravissimes si les mesures adéquates ne sont pas prises rapidement. La meilleure protection contre les complications cutanées du diabète est l?observance d?une hygiène corporelle comportant une douche avec eau et savon 3 ou 4 fois par semaine.

2. L?hygiène des pieds
Les lésions des pieds, fréquentes chez les diabétiques, sont la conséquence de la neuropathie, l?artériopathie et des infections secondaires à la macération et aux traumatismes des pieds. Elles les exposent au risque de gangrène et d?amputation, lourde de conséquences pour l?individu, la famille et la société. Or, la majorité de ces problèmes peut être évitée si les mesures préventives concernant l?hygiène des pieds sont suivies.

3. L?hygiène bucco-dentaire
Un diabète mal équilibré menace l?état dentaire. À l?inverse, des dents en mauvais état suffisent à déséquilibrer la glycorégulation (altération de la digestion et infection latente). En effet, les infections gingivo-dentaires responsables de parodontolyse et de déchaussement des dents ainsi que les caries dentaires sont fréquentes chez les diabétiques déséquilibrés. Par conséquent, un diabétique informé de ces risques doit accorder une attention toute particulière à l?hygiène buccodentaire.

4- La Réduction du poids
La première étape en cas de diabète est de surveiller le poids. Les personnes atteintes de diabète de type 2 étant souvent en excès pondéral, il est nécessaire de débuter la prise en charge par une réduction du poids. Les meilleurs résultats à long terme sont obtenus avec des régimes peu ou modérément sévères et surtout adaptés aux habitudes alimentaires individuelles.
Enfin, il est primordial de se fixer des objectifs réalistes et raisonnables. Perdre beaucoup de poids en très peu de temps n?est pas durable et dangereux pour la santé. Visez une perte de poids de 5 à 15 % par rapport au poids maximal, sur 6 mois.

5- L?Activité physique
Les bienfaits d?une activité physique régulière sur le diabète sont depuis longtemps avérés (quel que soit l?âge, le pays d?origine, le type de diabète ou le profil du patient). Il n?est pas donc étonnant que l?exercice physique fasse partie intégrante du traitement.
Les bienfaits de l?activité physique sur le diabète sont nombreux dont notamment la baisse de la pression artérielle, l?amélioration de l?insulino-sensibilité (et donc, effet sur l?équilibre glycémique) la diminution des graisses abdominales la, diminution des LDL, l?augmentation des HDL, les effets directs sur le psychisme et le physique.
D?une manière générale, on recommande les activités douces ou d?endurance dans lesquelles les muscles ont toujours assez d?oxygène pour brûler le glucose : natation, gymnastique, marche soutenue (30 minutes entre 4 et 6 km/h)?), footing, vélo, etc. Il reste que toute activité physique ou sportive n?est pas sans danger. Il faut se préparer à la reprise de l?exercice physique ou à la pratique d?un nouveau sport. Vérifier sa glycémie avant, pendant et après l?effort, d?avoir du sucre sur soi en permanence ; d?adapter son alimentation et ses doses d?insuline en fonction de l?activité choisie. Et celles de tout exercice physique en général : bien s?échauffer, s?arrêter progressivement, s?hydrater, s?étirer? Après l?âge de 50 ans, ou après 20 ans de diabète, si vous êtes sédentaire, il faut faire un bilan cardiovasculaire avant de reprendre une activité physique ou sportive importante.
L?Objectif minimal souhaitable : 30 à 60 minutes d?exercices physiques, 2 à 3 fois par semaine. L?activité physique doit bien sûr être adaptée aux possibilités de chacun. Elle doit impérativement être régulière.
Au minimum, augmentez votre niveau d?activité quotidienne (marche, escaliers, jardinage?).
6- Eviter les facteurs de risque
Dans le cas des complications du diabète, le tabac, l?excès d?alcool et de cholestérol sont fortement incriminés.
- Pour les diabétiques, le tabac constitue un facteur de risque important de complications. Les statistiques parlent d?eux-mêmes : un diabétique fumeur a deux fois plus de risques de faire un AVC (accident vasculaire cérébral) ou une crise cardiaque qu?un diabétique non fumeur ; trois fois plus de risques d?être atteint des reins et d?artérite aux jambes qu?un diabétique non fumeur. L?arrêt du tabac est donc une arme de plus pour lutter contre les complications.
- L?alcool expose aux complications, aux hyperglycémies et aux hypoglycémies sévères (surtout pendant le sommeil,). Par ailleurs, il faut prendre en compte la part que représente la consommation d?alcool dans l?apport calorique et glucidique global.
7- le suivi du traitement et l?auto surveillance
L?insuline et les traitements médicamenteux ont considérablement amélioré la vie des diabétiques. Mais le confort qu?ils apportent et leur efficacité (surtout face aux complications) dépendent pour une part d?un suivi rigoureux du traitement et d?une auto surveillance régulière du patient. L?auto surveillance, et notamment par contrôle de la glycémie capillaire, à des heures et dans des situations précises (au lever, après le repas, avant ou après un exercice physique?) peut jouer un rôle déterminant dans la prescription et le succès du traitement. L?auto surveillance est indispensable chez les patients diabétiques de type 1. Elle est souvent nécessaire chez les diabétiques de type 2 traités par insuline. Elle peut être très utile en particulier lors de modifications du traitement chez le diabétique de type 2.

Bibliographie
Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), recommandations professionnelles, actualisation novembre 2006.
www.diabete-abd.be
www.onetouch.be
www.lifescan.be
www.accu-chek.be

Dernières Articles en ligne

 

.:. Haut de la page

 

(c) Repère médical n° 39

 

 

 

Ajouter une annonce  |  Abonnement  |  Depêches  |  Contactez-nous

 
  ©2014 Repère médical   | ADK Media